If it's on the website, it's in stock! Hardware orders may take 7-10 days to ship due to Covid-19 slowdowns.

Arthur Hnatek (Français)

Cela fait partie d'une série de tutoriels postés par des utilisateurs de Noise Engineering montrant divers conseils pour les modules NE, l'utilisation modulaire en général, ou comment ils intègrent le modulaire dans leur travail.

Avez-vous quelqu'un qui, selon vous, serait formidable pour écrire un article? Vous avez une astuce modulaire que vous souhaitez nous soumettre pour créer une vidéo? Faites le nous savoir!

Cette semaine, j'ai pu parler avec un ami de Noise Eng, Arthur Hnatek. Arthur est l'un des musiciens les plus talentueux que je connaisse, et bien que mes goûts musicaux s'étendent sur toute la gamme, j'ai réalisé récemment que la musique dans laquelle Arthur est impliqué fait partie des choses qui m'ont le plus excité depuis longtemps (cela aide j’ai une obsession pour les percussions). C'est un plaisir d'amener ce chat sur le blog pour que les autres puissent voir les choses incroyables que ce gars fait.

KK: Arthur, peux-tu te présenter?

AH: Je m'appelle Arthur Hnatek. Je suis un musicien suisse, actuellement basé à Zurich. La plupart des gens me considèrent comme un batteur principalement même si depuis très jeune, je joue de nombreux instruments différents et je m'intéresse à de nombreuses facettes musicales.

Depuis mes études de jazz à la New School for Contemporary Music de New York, je suis occupé à faire le tour du monde en tant que batteur pour des musiciens de jazz comme Tigran Hamasyan ou le Quatet d'Erik Truffaz (et de nombreux autres grands musiciens de jazz) [Note de la rédaction: si vous ne connaissez pas ces musiciens, allez écouter tout de suite. Sérieusement, c'est à peu près tout ce que j'ai écouté pendant environ 3 semaines lorsque j'ai rencontré Arthur].

Parallèlement, je travaille à créer ma propre musique à travers différents projets: composer de la musique pour de petits ensembles, des orchestres symphoniques, des trios de jazz et enfin produire de la musique électronique et la jouer en live (depuis 2018).

Mon projet solo SWIMS est le projet où je me concentre ces jours-ci en effectuant des concerts de batterie en live, semi-improvisés et modulaires.

Basimilus Iteritas Alter

Mimetic Digitalis

KK: Tu as un CV impressionnant, jouant avec des musiciens incroyablement talentueux. Parles-nous de ta formation et comment tu en es arrivé à ce point.

AH: Je dirais que ma formation était assez formelle! :)

J'ai commencé à aller au conservatoire quand j'avais 8 ans. Mes parents possédaient un magasin de musique à Genève et j'étais entouré de musique et de musiciens. Rapidement, j'ai également pris des cours de piano et joué de la musique classique. Comme mon intérêt pour la composition a grandi, j'ai décidé de l'étudier principalement pendant mon séjour à New York (en prenant des cours de direction d'orchestre, des cours d'orchestration, d'harmonie et de composition avec des professeurs incroyables).

En tant que batteur, je me suis concentré sur la batterie jazz depuis mon enfance aussi. Même si j'écoutais toujours d'autres styles de musique pour m'amuser et jouer dans des groupes de rock scolaire, etc. L'un des changements les plus importants a été quand j'ai découvert Aphex Twin. Le monde de la musique électronique s'est ouvert et depuis, je dois dire que c'est ce que j'écoute le plus souvent.

KK: Cela ne me surprend pas que ta formation soit si formelle mais aussi diversifiée. J'écoute ta batterie et la complexité me souffle! Mais plus encore, la fluidité avec laquelle tu évolues entre des passages compliqués.

Avec toute cette formation classique, qu'est-ce qui t’as amené aux synthétiseurs modulaires?

AH: Ceci est très récent pour moi!

J'étais toujours au courant de cette tendance, mais (probablement une histoire banale) étais assez angoissé de m'y engager et (honnêtement) je ne comprenais pas la logique derrière cela.

En tant qu'improvisateur, je suis très réceptif à ces moments où vous jouez avec quelqu'un et vous connectez à des idées musicales sans aucune forme ni structure. J'ai eu une rencontre lors d'un concert improvisant avec un de mes amis qui est un brillant musicien de synthétiseurs modulaires. Son nom de scène est Olan. J'ai été impressionné de voir comment il pouvait parfaitement intégrer ses machines à mon jeu (et en tant que batteur, vous êtes habitué à être la couche fondamentale / beat et le tempo dans la musique). Cette soirée était tellement amusante et il a créé des sons qui étaient si inspirants qu'après le spectacle, je me suis dit: tu dois me montrer ce qui se passait!

Le bassiste du groupe d'Erik [Truffaz] Marcello Giuliani m'a également encouragé à y réfléchir. Il m'a également montré une récente acquisition: le Noise Engineering Manis Iteritas. [Note de la rédaction: Marcello est aussi la façon dont nous avons rencontré Arthur. Merci Marcello! Nous aimons le quartet Erik Truffaz!]

J'ai commencé une petite configuration et j'ai très vite voulu l'intégrer à ma batterie.

KK: C'était tellement excitant pour nous lorsque Marcello nous en a parlé. Nous avons entendu parler de personnes voulant incorporer de nombreux instruments différents avec leur modulaire, mais jamais de batterie, donc c'était vraiment une nouveauté. Parles-nous de la façon dont tu utilise le modulaire avec ta batterie.

AH: L'idée d'interfacer à la fois la batterie et les modules est venue il y a un certain temps et je l'expérimente tout le temps. Mais j'ai commencé par créer de la musique sans communication directe entre eux.

En collaboration avec la société de cymbales allemande Meinl, nous avons créé une série de vidéos présentant différentes configurations de cymbales. L'idée était pour moi de jouer la même piste 3 fois et de montrer comment la configuration de la cymbale pouvait influencer le style général et la sensation de la chanson.

J'ai eu cette idée qu'au lieu de reproduire une piste (qui sonnerait exactement la même à chaque fois), je pourrais composer une chanson et demander au système eurorack de la reproduire avec des facteurs de hasard et d'aléatoire composés, ce qui la rend très légèrement différente à chaque fois ( ce qui était amusant et inspirant pour moi).

Nous avons filmé le tout à Berlin et je suis simplement allé à Schneidersladen et j'ai loué un système (ce qui était fou parce que la plupart de ces modules m'étaient inconnus).

Nous avon fait une “version beat”

une version jazzy

et une version «techno» fonctionnelle

tous présentant différents choix de batterie sur la même mélodie simple et la même composition de type AB.

KK: J'adore tellement ces trois-là et j'étais tellement excité quand je les ai vus. C'était donc votre première étape. Mais je sais que tu as finalement commencé à intégrer ta batterie dans le système. Comment cela fonctionne-t-il et qu'utilises-tu pour le faire?

AH: J'utilise des capteurs à percussion sensorielle de cbez Sunhouse (2 d'entre eux dans le cas). Sunhouse est une entreprise étonnante qui a créé des capteurs qui peuvent «lire» votre batterie et le convertir en choses amusantes, comme utiliser leur propre plate-forme logicielle d'échantillonneur, mais aussi générer du MIDI qui peut s'interfacer avec d'autres matériels. Dans le cas où j'utilise le Shuttle Control de Endorphines pour communiquer avec mon système.

Dans la vidéo ici, je voulais définir quelques lignes directrices simples pour une improvisation:

«N'utilises qu'un seul module comme source sonore: le BIA.

Tu dois entrer CV dans chaque input CV du module (9!)

Tu n’es pas autorisé à utiliser tes mains pour modifier les boutons: tous les CV doivent provenir directement des tambours eux-mêmes (ou d'un sous-produit). »

La grosse caisse déclenche le Trig de BIA mais génère également une enveloppe qui contrôle le Decay et le FM sur mon Intellijel Polaris.

J'utilise également un Mimetic Digitalis pour séquencer certains CV (comme S / L / M ou Attack) mais le bord de la grosse caisse (quand je le frappe avec la baguette) déclenche l'entrée Origin, donc je suis en mesure de compenser et de redémarrer la séquence quand je veux.

Un autre élément important est le bord du tom (avec le gong dessus), il déclenche une autre enveloppe qui crée une augmentation de la hauteur via l'entrée Bias d'un Tune 2hp. Je suis capable de générer des variations de mélodie qui sont toujours dans la tonalité.

Tout est assez simple et direct!

L'idée ultime est de pouvoir faire suivre la batterie à mon système et générer constamment de nouvelles variations (et donc la seconde où j'arrête de jouer, aucun son ne sort du module).

KK: C’est tellement amusant ! Quelle est la prochaine étape pour toi dans l'utilisation du synthé modulaire?

AH: Je veux juste pousser encore plus loin cette idée d'interface dans un concept plus large de composition / concert entier.

C'est amusant de trouver des sons sympas et de jouer avec eux. C'est un tout autre enjeu de soutenir un set d'une heure avec des idées attrayantes et des morceaux captivants.

J'adorerais également collaborer avec d'autres musiciens modulaires et peut-être même créer des environnements où ma batterie produit des données et des informations de CV qui pourraient être utilisées en temps réel par quelqu'un d'autre dans leur système.

https://www.arthurhnatek.com

https://www.facebook.com/arthurhnatek.music/

https://www.facebook.com/SWIMS.ArthurHNATEK/

https://www.instagram.com/ahnatek/

https://arthurhnatek.bandcamp.com

https://www.youtube.com/c/arteksounds

Explore More: